La première fois que j’ai entendu parler des culottes menstruelles , j’ai dit : “mais quouuuuuuaaaa, beurkkkk ! “. (pas vous? ) Pour la cup aussi d’ailleurs… 

Le changement commence quasiment toujours par une première phase de rejet ! 

Evidemment, avec le temps, mon avis a changé, et maintenant j’en ai plusieurs et elles m’accompagnent une semaine par mois  ! 

Pour les plus pressées, voici un petit sommaire: 

 

Les culottes menstruelles, comment je m’y suis mise: 

Après mon premier accouchement, je ne suis pas revenu à la pilule, j’ai opté pour un stérilet au cuivre (ciao les hormones artificielles)! Et donc le combo post partum + stérilet = règles trèèèèès abondantes!

Pour vous donner une idée, je mettais ma cup à 7h le matin et si je ne l’avais pas changé avant 11h au boulot c’était le drame. Et ça, ça ne m’allait pas du tout, ça me stressait beaucoup.

A l’époque, on n’en était qu’aux balbutiements des culottes menstruelles, il n’y avait que 2-3 marques dans le monde, en France il y avait “Dans ma culotte” mais je n’étais pas encore suffisamment sensibilisée à l’époque, je voulais “pas cher” (comme quoi, y’a que les c** qui ne changent pas d’avis !)…  Une amie m’a fait bénéficier d’un parrainage chez la maque Thinx . Marque américaine, pas écologique pour un sou, et il n’y avait que 3-4 modèles, tous noirs. 

Ça a tout de même été une révélation ! Je n’en avais qu’une donc au niveau de l’organisation et de la rotation des lavages c’était pas optimal, mais ça m’a changé la vie. 

Je la mettais les jours 2 et 3 de mes règles, en plus de ma cup, pour assurer. A l’époque il n’existait pas de culottes spécial flux très très abondants, donc je n’aurais pas pu l’utiliser seule. Et ça m’allait très bien comme ça. 

Les mois passants, mon flux s’est régulé et est passé de “hémorragique” à “abondant” ! Joie. 

Je me suis débrouillée avec une cup et une culotte menstruelle pendant 2 ans environ. 

Ensuite est venue la grossesse de Poupette (j’ai rangé tout ça pour 9 mois , youpi!!) (mais vu la grossesse que je me suis tapée je crois que j’aurais préféré avoir mes règles sans discontinuer pendant 9 mois !), et puis une fois que l’allaitement de mademoiselle Poupette a été terminé, pouf voilà le retour des règles ! (vous remarquerez que je n’utilise pas de termes pour enjoliver le truc hein! les règles, c’est les règles ! ) 

J’avais un chouilla anticipé le truc, puisque cette fois j’étais prévenue pour le flux uuuultra abondant ! Je me demande même si ça n’est pas proportionnel au nombre de grossesses !  Pour la petite histoire, j’ai deux enfants, mais il y a eu trois grossesses (un jour je vous raconterai…)  , et j’ai bien vu l’augmentation du flux à chaque fois ! 

Donc j’avais anticipé et j’avais acheté quelques culottes supplémentaires , choisies avec soin, parmi l’offre pléthorique désormais disponible. 

culottes mensutruelles

Comment j’ai choisi mes culottes de règles? 

 

Une offre pléthorique donc… C’est une bonne nouvelle ! MAIS comme à chaque fois, attention aux dérives: dropshipping, greenwashing etc… 

J’avais du temps à ce moment-là, alors j’en ai profité pour faire une étude de ce qui existe et j’ai pu choisir selon mes critères. je vous livre le résumé ! 

Mes critères : 

  • Fabriquée en France
  • Coton en contact avec la peau labellisé GOTS (pas juste oeko tex) 
  • Pas que des modèles noirs
  • Propose des modèles pour les flux très très abondants 
  • La marque agit pour une association en faveur des femmes 

Avec tout ça, je suis tombée sur deux marques : Elia et Réjeanne, et j’ai commandé deux modèles chez chacune. 

Au moment où je rédige cet article je constate que pour les deux marques, il n’y a plus de mention du label GOTS, seulement Oeko tex… Il a dû y avoir du changement et c’est dommage. 

Mon avis sur la marque de culottes Menstruelles Elia  

Je n’en suis pas très satisfaite.

Les culottes sont en 100% coton, ce qui est chouette c’est qu’il n’y a pas de fibre synthétique. Mais ce qui m’a gêné c’est que les culottes finissent par bailler au fur et à mesure de la journée. Niveau confort je n’aime pas trop. Et le problème est encore plus présent les jours de flux très abondant où le poids du flux écoulé fait un peu tomber la culotte. Instinctivement ces deux culottes se sont vite retrouvées en bas de la pile. J’ai également observé qu’elles « viellissent » moins bien, après quelques lavages, le coton est un peu délavé. 

Je n’en ai donc pas acheté d’autres. 

La qualité est pourtant au rendez-vous, on voit bien que les finitions sont bien faites etc… 

culottes menstruelles

Mon avis sur les culottes de règles Réjeanne

 

Alors là c’est une autre histoire. Je suis super convaincue. Spoiler, j’en ai racheté deux autres ET j’en ai offert à ma soeur ! 

Cette fois l’intérieur de la culotte est toujours en coton (oeko tex) mais l’extérieur est fait dans un mélange de polyamide et d’élasthanne.

Alors… j’ai tendance à préférer le tout naturel, mais pas au détriment du confort. Si je “me force” à acheter des culottes en 100% coton mais que finalement elles ne sont pas confortables, que je ne les porte pas ou qu’elles me font revenir en arrière, c’est pas la peine. Donc dans certains cas je dis OK aux fibres synthétiques.

Petite digression: c’est pareil pour mon choix de couches lavables , j’ai opté pour une fibre moderne qui fait que c’est très pratique et donc que les couches lavables sont un succès chez nous. 

Donc, je disais que j’adore les culottes de chez Rejanne. Elles sont jolies, confortables, et plutôt efficaces. 

Pour ce qui est du flux ultra ++ du jour 2, je reste obligée d’utiliser coupe menstruelle + culotte, mais pour les nuits et les autres jours c’est parfait. 

Si vous avez pour projet de vous équiper en culotte menstruelle, je vous recommande vraiment cette marque. 

Pour ce qui est du prix, c’est similaire aux autres marques fabriquées en France et de bonne qualité c’est à dire entre 35€ et 45€ pour une culotte. 

 

culottes menstruelles

Est-ce que l’investissement en vaut la peine? 

 

Souvent, on est choquées par le prix des culottes menstruelles. Mettons 40€ pour une culotte. 

Considérons que si on utilise des protections classiques et jetables, on en a pour 4€ par mois. Évidemment ici on ne chiffre pas l’aspect santé avec tous les ingrédients nocifs que contiennent ces protections… 

Donc pour rentabiliser une culotte, il faut l’utiliser 10 mois. Problème, une seule culotte ne suffit pas, il en faut minimum 2, et je dirais même que 4 c’est mieux pour être sereine et ne pas stresser le matin que celle qu’on a lavée la veille n’est pas sèche et qu’on n’a rien pour la journée ! 

Mettons 4 donc, ce qui nous fait un investissement de 160€. Gloups. je vous l’accorde. 

Il faudra donc un peu plus de 3 ans pour rentabiliser l’investissement financier (oui je précise financier, rapport aux enjeux de santé et d’écologie qu’on ne peut pas chiffrer). 

Les culottes n’ont pas de durée de vie indiquée. En me basant sur mon expérience actuelle de 4 ans, j’imagine qu’elles doivent pouvoir durer au moins 10 ans, voire plus. Donc au bout de 3-4 ans, c’est rentabilisé et après c’est tout bénef ! 

Ça peut donc être une bonne idée de s’en faire offrir… En plus ces culottes peuvent vraiment être jolies donc personnellement ça ne me choque absolument pas d’offrir ce genre de cadeau à Noël !

Les culottes menstruelles : confort et hygiène 

Je n’ai pas de fuite, ni de problème d’odeur :la routine d’entretien est importante là dessus. Attention, quand on parle d’absence d’odeurs (instant glamour, bonjour) on parle d’absence d’odeurs liées à un developpement de bactéries.  L’odeur naturelle du sang et des secretions vaginales ne peut pas disparaitre comme par magie !

Pas non plus de sensation d’humidité. Et avec les culottes qui contiennent de l’élasthanne et qui ne baillent pas, c’est confortable avec tous mes vêtements.

D’ailleurs, la plupart des marques proposent maintenant des sous vêtements divers comme des strings tanga, culottes, shortys et même des maillots de bain. Ill y en a pour tous les goûts et les usages. Bien sûr, la capacité d’absorption diffère selon les modèles.  Ne rêvons pas, il n’y a pas de string pour les flux très abondants! Peut-être un jour? 

les culottes menstruelles, la routine pour que ça fonctionne 

Pour bien entretenir ses culottes et les garder longtemps, il faut en prendre soin. 

  1. On commence par les rincer à l’eau froide, juste après les avoir portées. On rince jusqu’à ce que l’eau soit claire
  2. On lave en machine ou à la main selon notre organisation, à 30°C max. Ne pas utiliser de sèche-linge ! 
  3. On laisse sécher à l’air libre ou bien en hiver, on peut les poser sur un radiateur ou un sèche serviette. Plus les culottes sont absorbantes, plus elles sont longues à sécher (normal) et en hiver, ça peut prendre plus d’une journée. donc pour accélérer un peu (et ne pas s’équiper de trop de culottes) ou pour éviter l’odeur d’humidité des vêtements mal séchés, le top est de booster un peu le séchage avec un peu de chaleur. Mais doucement! 

Si on les sèche sur un radiateur trop chaud, un sèche linge trop chaud ou qu’on les lave dans un cycle trop chaud, la matière imperméable contenu à l’intérieur va s’abîmer. Ceci peut réduire l’absorption jusqu’à provoquer des fuites. Également, si une des couches absorbantes rétrécit à cause d’un lavage trop chaud, la culotte va perdre de son confort. 

 

Avec tout ça, normalement vous êtes prête pour passer à l’action ! Et puis c’est bientôt Noël, vous pouvez même ajouter une jolie culotte sur votre wish list! 

Si vous avez d’autres interrogations, laissez-moi un commentaire, j’y répondrai avec plaisir! 

Cet article vous a été utile? Epinglez le sur Pinterest !

culottes menstruelles