Dans ma culotte

Oulala le titre racoleur ! Oui j’avoue… Mais vu le sujet du jour, il faut ce qu’il faut !
Quand j’ai commencé à m’interroger sur mon impact écologique et sur la réduction de mes déchets, j’ai commencé comme beaucoup par la salle de bain. Et je me suis rendue compte de l’énorme quantité de déchets générés seulement par les protections féminines.

Dans mon cas deux axes : les  protège slips et les tampons.

Alors j’ai commencé à me renseigner sur les alternatives : les protèges slips lavables et la cup menstruelle. Et comme tout le monde de prime abord je me suis dit « beurk, réduire ses déchets OK, mais pas touche à mon confort »… hum hum. Bien sur mon avis a évolué maintenant.
En poursuivant mes recherches, j’ai constaté que ces alternatives
réduisent ENORMEMENT la quantité de déchets non recyclables générés par une femme
– font faire de grosses économies (bah oui ça compte aussi)
simplifient la vie (si si au moins pour la cup)
– n’ont pas d’impact négatif sur notre santé contrairement à leurs copains les tampons et serviettes (comme le dit si bien ma sage femme : never use always). C’est d’ailleurs le même problème pour les couches pour bébé, mais ça, on en reparlera.

J’ai commencé par passer à la cup à la place des tampons. J’étais dubitative, mais je lisais tellement de retour de femmes de type  » ça a changé ma vie »,  » je ne reviendrai jamais en arrière », que je me suis dit que je devais au moins essayer.
Et bien vous savez quoi? Ca a changé ma vie et je ne reviendrai jamais en arrière!

Les avantages:
– C’est beaucoup plus confortable,  aucune irritation, odeur etc… (glamour bonjour)
– ça coûte 30€, une fois,  pour 10 ans (pour les calculs comparatifs, Coline l’a très bien fait ici )
-La composition n’est pas douteuse contrairement à la compo des tampons qui étrangement est inconnue… (si c’était clean, pourquoi les  industriels nous le cacheraient? )
-Ca ne génère presque pas de déchets. Je dit presque parce que la cup n’est pas non plus recyclable, mais comme on n’en consomme qu’une pour 10 ans, ça passe. Sinon il y a l’option sans protection, mais … chacun son truc hein!
-C’est super pratique, je ne suis jamais à cours de protection, quand mes règles approchent, je m’assure que la cup est stérilisée, et je l’ai toujours avec moi dans son petit pochon.
– On peut tout faire avec, j’ai même couru un semi marathon avec ma cup sans aucune gène
– On peut la garder jusqu’à 12h, donc ça n’est pas très contraignant

Les inconvénients:
Je vous dirait bien qu’il n’y en a pas , mais je ne voudrai pas que vous trouviez ça louche!
– Il faut un temps d’adaptation, parce qu’il faut bien la positionner et qu’il faut prendre le coup de main.  Personnellement dès la première demie journée, j’étais conquise, mais je connais beaucoup de femmes qui ont mis 2-3 cycles avant d’être parfaitement au point.
– Dans certaines situation, ça peut ne pas être pratique de la rincer si il n’y a pas de lavabo dans les toilettes. Je n’ai encore jamais été confrontée à ce problème, grâce à la possibilité de garder la cup 12h, je trouve toujours une possibilité en 12h.

*Attention, il la cup ne protège pas du  SCT! Il faut rester vigilante là dessus!

Voilà. Simple non? Ma cup est une Lamazuna, et elle est même fabriquée en France!

IMG_5220

Ensuite, deuxième chantier de réduction de mes déchets, et d’amélioration de ma santé (!) , les protège slips. Ces petits trucs qui paraissent inoffensif et qu’on utilise quasi quotidiennement… Et bien, pareil, ils génèrent une montagne de déchets, non recyclables, et en plus ils contiennent divers agents chimiques non désirables et irritants! Alors zou, j’ai viré tout ça pour les remplacer par des lavables.

Alors oui, c’est sur, c’est plus contraignant de devoir les laver que de simplement jeter à la fin de la journée. Mais honnêtement il suffit de les laver avec le linge ordinaire à 40°C. Donc une fois qu’n en a assez pour tenir entre deux machines, le tour est joué. Et en vacances? Pareil pour pour les sous vêtements! Soit on en emporte assez pour le nombre de  jours, soit on fait une machine sur place! héhé!

Au niveau du confort, RAS. C’est pareil (voire mieux) qu’un protège slip classique (C’est doux!).

Au niveau du prix… le prix d’achat peut rebuter c’est vrai. En moyenne 5€ pièce, mettons qu’il en  faut 7 pour avoir une bonne rotation de machines (notez que si vous avez des enfants, vous faites surement plus d’une machine de ce type par semaine…hum hum), ça fait 35€. Et vous en avez pour des années. De mon coté j’en ai acheté de plusieurs sortes jusqu’à  ce que je trouve un modèle qui me convienne parfaitement. Et ensuite ma maman m’en a fabriqué plusieurs sur le même modèle. J’ai acheté du molleton de  bambou , des pressions et du coton et le tour est joué, un peu de patience le temps de la fabrication , et me voilà avec un petit stock. Soit dit en passant, si on considère que les protège slips lavables sont faits main et en France, 5€ pièce c’est un juste prix. Mais on est biaisés par les prix des choses fabriquées à trop bas coût, dans des conditions déplorables… Comme le dit souvent mon père (et que ça m’horripilait avant) « 8€ pour une chemise? C’est pas assez cher, c’est pas normal ». A méditer…

Grâce à ces deux actions, je ne m’inquiète plus de ma santé au niveau de ma culotte, ma poubelle s’en trouve allégée, mon porte monnaie est content et la planète me remercie (si si j’en suis sure)! 

Et vous, vous avez déjà changé pour ce type d’alternatives? Vous êtes tentées d’essayer?

 

4 réflexions sur “Dans ma culotte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s